C’est en 221 av. J.-C., sous le premier empereur tyranique Qin Shi Huangdi qui fit l’unification de la Chine, que l’on commença à construire la grande muraille de Chine. Entièrement construite en terre battue avec, par endroits, des parements de brique séchée, des forts et des tours de guet. Aux abords, des cantonnements militaires pouvaient héberger une partie des armées prêtes à intervenir sur la ligne frontière. Mais c'est sous la dynastie Qing, (au XVIIIe siècle), qu’elle prit sa forme actuelle afin d’empêcher les armées turques et mongoles d'envahir la Chine. Elle fut réparée et bâtie de nouvelles sections (au début de la dynastie des Ming), mais cette fois-ci en dur, dans une combinaison de briques et de moellons. Les murs, à présent garnis de créneaux, s'élèvent à 8 mètres sur 5 à 7 mètres d'épaisseur. La muraille parcourt près de 6700 km de longueur, serpentant à travers les montagnes à perte de vue, de la frontière avec la Corée jusqu'au désert de Gobi. La longueur du mur demeure inexacte parce que le mur fut bâti à travers différentes périodes avec différents matériaux, certains disparessant en quelques années parce qu’ils étaient faits de terre et non de roche. Contrairement à la croyance populaire, même si elle est la la plus longue construction humaine au monde, la grande muraille ne peut être vue de l’espace.