Le Temple du Ciel (Tian Tan Gongyuan), ce parc de 660 acres construit à la même époque que la Cité interdite, est un symbole de Beijing autant que l’est la grande muraille. Dans le passé, ce parc était connu sous le nom de Temple du Ciel et de la Terre, sa forme carrée au sud symbolisant la Terre et sa forme circulaire au nord symbolisant la Ciel. A chaque solstice d’hiver, les empereurs des dynasties Ming et Qing faisaient une procession dans cet immense parc et altar du ciel et y performaient des rituels et des sacrifices afin d’avoir de bonnes récoltes pendant l’année. Ceci illustre l’importance de l’astronomie et de l’astrologie à l’époque impériale.

L’altar circulaire est une terrace à trois niveaux faite de marbre que l’on retrouve au côté sud du parc. Il fut bâti en 1530 et élargi en 1749. Toutes les pierres de l’altar sont organisées en multiple de neuf. C’est ici que l’on sacrifiait un boeuf en l’honneur des dieux.

Au nord de l’altar circulaire, on retrouve le mur de l’écho (Huiyinbi), où se trouve la voûte céleste impériale, un temple qui renfermait les objets du culte et les tablettes commémorant les ancêtres des empereurs. On dit qu’un chuchotement peut être entendu à 213 pieds plus loin à l’intérieur de ces murs.

L’ancient observatoire (Guguanxiangtai) date du temps de Genghis Khan qui croyait que ses succès pouvaient être lu dans les étoiles. Ces croyances n’étaient pas inconnues des Chinois puisque les changements observés dans le ciel jouaient un rôle important dans la vie quotidienne et politique de tous.

La salle des prières pour les bonnes récoltes (Qinian Dian) est le point saillant du parc. Cette salle est probablement le bâtiment le plus impressionant de Beijing et l’emblême de l’architecture impériale chinoise à l’extérieur de la Cité interdite. Elle fut complétée en 1420 mais détruite par la foudre en 1889, puis rebâtie l’année suivante. Mesurant 38 m de hauteur sur un diamètre de 30 m, la construction du temple est inspirée du calendrier: 4 poutres centrales représentent les saisons, les 12 poutres suivantes représentent les mois de l’année, les 12 poutres extérieures représentent les parties de la journée. Ensemble ces 28 poteaux , qui correspondent aux 28 constellations du ciel, supportent la structure construite sans un seul clou.