Histoire du Canada

Accueil/ Explorateurs/ Amérindiens/ Vivre en N-F/ Evènements/ Coin des profs/ Plan du site

La famille algonquienne

 

es Algonquiens avaient un mode de vie nomade. Ils changeaient de territoire pendant les saisons afin de pouvoir survivre. Toutes les nations qui faisaient partie de la famille algonquienne se procuraient leur nourriture, leurs vêtements et leurs abris de la même façon. Ils chassaient pour avoir leur nourriture et faisaient leurs propres vêtements. Ils bâtissaient leurs abris avec des matériaux qu’ils trouvaient dans leur environnement. Ils fabriquaient leurs outils eux-mêmes. Les hommes chassaient, pêchaient et préparaient la viande. Les femmes ceuillaient les fruits, préparaient et faisaient cuire la nourriture. Quand les enfants étaient assez grands pour aider, ils aidaient les personnes âgées à ramasser du bois et transporter de l’eau.

 

La nourriture

La principale source de nourriture des Algonquiens était l’orignal. Ceux qui habitaient un peu plus au nord aimaient bien le caribou. Le chevreuil était également une viande de choix. Les chasseurs tuaient ces gros animaux avec un arc et des flèches qu’ils fabriquaient eux-mêmes. Ils attrapaient aussi de petits animaux à l’aide de pièges, tels le lapin et le castor.

Une partie importante du mode de vie des Algonquiens reposaient sur le partage. Quand un chasseur tuait un orignal ou un chevreuil, il en donnait à ses voisins. De cette façon, quand un voisin avait la chance de tuer un de ces gros animaux, il faisait de même. Le partage faisait que toutes les familles qui vivaient dans une tribu avaient toujours quelque chose à manger.

La plupart des Algonquiens pêchaient également. Ils pêchaient dans les lacs et les rivières, et même dans l’océan. Ils attrapaient les poissons avec des harpons, des crochets, des filets et même des pièges. Ils fabriquaient certains de leurs outils de chasse avec des os.

Les Algonquiens ceuillaient toutes sortes de fruits sauvages. Ils ramassaient aussi des noix et des racines, comme des carottes. Ils savaient comment se procurer l’eau d’érable et en faire du sirop d’érable. Quelques nations d’Algonquiens faisaient un peu d’agriculture. Ils faisaient pousser du riz sauvage.

L’été et l’automne étaient les saisons pendant lesquelles les Algonquiens travaillaient fort pour se nourrir. Pendant ces deux saisons, il était facile de se déplacer et il y avait beaucoup de plantes et d’animaux. Ainsi, les Algonquiens fumaient le poisson et la viande pour pouvoir les garder pendant l’hiver. Ils faisaient sécher les baies aussi. Le début du printemps était un moment de l’année qui était souvent difficle pour les Algonquiens. Leur nourriture étaient presque toute mangée, mais à cause de la neige et de la glace qui fondaient, la chasse et la pêche devenaient des activités dangereuses.

 

Les moyens de transport

Les Algonquiens étaient des nomades. Ils changeaient de territoire quand les animaux qu’ils chassaient partaient. Quand ils se déplaçaient d’un endroit à l’autre, ils devaient transporter tout ce qu’ils possédaient. En été, ils voyageaient dans des canots faits d’écorce de bouleau. Ce canot d’écorce de bouleau était plutôt fragile, mais il avait deux grands avantages. Premièrement, il était léger. Cette qualité était importante parce qu’il arrivait que les hommes doivent transporter le canot si une rivière était trop dangereuse. De plus, si le canot était endommagé lors d’un voyage, on pouvait facilement le réparer parce que les matériaux utilisés se trouvaient un peu partout dans la forêt.

En hiver, les Algonquiens utilisaient les raquettes pour marcher dans la neige. Il y avait différentes sortes de raquettes, selon les conditions de neige. Des raquettes minces et étroites étaient utilisées pour marcher sur de la neige dure. Mais quand la neige était abondante et molle, on utilisait des raquettes plus larges, plus grosses. Quand la famille se déplaçait d’un endroit à l’autre, le père avait son arc avec lui au cas où il verrait un animal. La mère devait alors tirer le toboggan sur lequel se trouvaient toutes les choses de la famille. Le bébé était dans un sac qui se trouvait sur le dos de la mère.

 

Les abris

Les Algonquiens avaient une maison qui était idéale pour leur mode de vie de nomade. C’était le wigwam. Le wigwam avait comme avantage d’être facile à bâtir et à apporter. Le wigwam pouvait avoir deux formes. Il était en forme de cône ou de dôme. En été, certaines tribus construisaient des wigwams de forme rectangulaire parce qu’ils laissaient entrer plus d’air.

L’homme et la femme se partageaient la tâche de bâtir le wigwam. L’homme s’occupait de la structure tandis que la femme la recouvrait d’écorce ou de peaux d’animaux. Quand il faisait froid, on mettait des peaux d’animaux. Mais quand c’était plutôt humide et pluvieux, on utilisait de l’écorce de bouleau parce que ça séchait plus vite.

Dans le wigwam, il y avait sur le sol une couche de branches d’épinette sur lesquelles on ajoutait des peaux d’animaux. Le feu était au centre du wigwam et la fumée sortait par un trou dans le haut du wigwam. Les personnes dormaient autour du feu qui était le centre de leur maison et de leur mode de vie.

 

Les vêtements

En été, les Algonquiens portaient des vêtements légers faits de peaux de chevreuil. Quand le temps était plus froid, ils ajoutaient des robes faites de fourrure. Les femmes portaient de longues tuniques par dessus leurs jamblières et leurs mocassins. Les hommes portaient également des jambières et des mocassins, mais leur tunique était plus courte. Elle s’arrêtait au dessus des genoux.

Ce sont les femmes qui faisaient tous les vêtements. Elles grattaient l’intérieur de la peau d’un animal avec un outil fait de roche ou d’os. Puis elles faisaient tremper les peaux, les faisaient sécher et les fumaient. Ceci terminé, elles coupaient les peaux, pour ensuite les coudre et faire un vêtement. La plupart des vêtements algonquiens étaient peu décorés, mais quelques tribus utilisaient les aiguilles du porc-épic pour les décorer ou les poils de l’orignal pour faire des petites broderies.

 

Festivals

Les Algonquiens se rencontraient pendant certains moments de l’année pour travailler ensemble mais aussi pour s’amuser et fêter. Deux de ces occasions étaient pendant les temps du sirop d’érable et pendant la récolte du riz sauvage. Le travail terminé, c’était le temps de danser, de chanter, de s’amuser et de jouer à des jeux. Les garçons faisaient des courses.Les pères parfois faisaient des match de lutte. Les filles jouaient un sport qui ressemble au hockey sur gazon. La crosse était aussi populaire.

Les Algonquiens dansaient en l’honneur du Créateur. Pendant que certains dansaient, d’autres jouaient du tambour et chantaient. Ils avaient trois sortes de tambours. Un petit tambour qui ressemblait plutôt à un tambourin, puis un double tambour. Un troisième tambour contenait de l’eau et donnait un son d’écho. Les Algonquiens avaient aussi des flutes.

 

La famille

La famille algonquienne comprenait la mère, et le père, les enfants, les grands-parents, les oncles et les tantes ainsi que les cousins. Quand plusieurs de ces familles vivaient ensemble c’était une bande. Plusieurs bandes faisait une tribu.

Les enfants apprenaient en regardant et en imitant leurs parents et leurs grands-parents. De plus, les enfants apprenaient l’histoire et les traditions de la bande en écoutant les grands-parents raconter les histoires et les légendes.

Il y avait un chef dans chaque bande, mais les décisions importantes n’étaient pas prises que par le chef. Quand il y avait un problème, chaque famille en discutait pour en arriver à une solution. Puis les familles se rencontraient et en discutaient avec les autres familles. C’était le chef qui menait ces discussions. De cette façon, tous étaient impliqués dans la discussion et la décision.

Par ailleurs, quelques Algonquiens étaient également divisés en clan. Chaque clan portait le nom d’un animal tels que l’ours, la tortue ou le chevreuil. Chaque clan respectait tout spécialement l’animal qui représentait le clan. Les enfants devenaient automatiquement membres du même clan que celui de leur père.

 

La religion

Les Algonquiens croyaient en Dieu, le créateur. Ils croyaient que toutes les choses avaient un esprit et qu’il y avait un esprit du mal qui créait des problèmes aux humains.

Ils avaient beaucoup de respect et d’amour pour la terre. C’était parce que la terre leur donnait tout pour vivre. Ils croyaient qu’on ne pouvait pas posséder la terre. Les Algonquiens pensaient que la terre leur permettait d’être utilisée tant qu’il n’y avait pas de gaspillage.Les Algonquiens faisaient des offrandes (cadeaux) aux esprits des animaux qu’ils avaient tués ainsi qu’aux esprits des endroits dangereux pour les humains. Ils démontraient leur respect pour la nature de cette façon.

Chez les Algonquiens, il y avait des shamans. Le shaman pouvait aider à guérir un malade ou à donner des conseils. Il utilisait des herbes et d’autres médecines naturelles pour soulager les malades. Aussi il faisait des prières et des offrandes aux esprits.

Les Algonquiens croyaient que le nombre 4 était un nombre sacré parce qu’il décrivait comment l’univers avait été fait. Il y avait quatre directions ( nord, sud, est, ouest), quatre saisons et quatre ordres dans la nature: la terre, les plantes, les animaux et les humains.

Pour tester tes connaissances de ce texte, essaie ce quiz!

  

Site créé par Pierre Veilleux