Histoire du Canada

Accueil/ Explorateurs/ Amérindiens/ Vivre en N-F/ Evènements/ Coin des profs/ Plan du site

La Cie de la Baie d'Hudson

n 1670, des marchands anglais fondent la Compagnie de la Baie d’Hudson. En fait, ce sont deux coureurs de bois qui ont commencé le tout. Ces deux coureurs de bois étaient Pierre Radisson et Médard Chouart des Groseilliers. Ils étaient fâchés contre le gouvernement de la Nouvelle-France qui contrôlait trop la traite des fourrures. A ce moment-là, en Nouvelle-France, les hommes qui faisaient la traite des fourrures devaient avoir un permis. C'est pour cette raison que Radisson et des Groseilliers ont voulu faire la traite des fourrures avec d'autres personnes. Ces deux hommes sont allés en Angleterre et ont rencontré le prince Rupert qui était le cousin du roi Charles II. C'est Rupert qui a convaincu le roi et des marchands anglais d'ouvrir un poste de traite le long de la baie d'Hudson.

Comme son nom l’indique, cette compagnie faisait la traite des fourrures dans la baie d’Hudson. A ce moment, les Anglais échangeaient avec les Amérindiens aux alentours de la baie d’Hudson et les Français faisaient de même, mais le long du fleuve St-Laurent. Les Anglais et les Français étaient donc en compétition pour la traite des fourrures.

Chapeaux faits en peau de castor

Crédit: Archives nationales du Canada Source:www.canadianheritage.ca

Cette compétition a amené des batailles entre les deux pays. La France qui avait jusque là mené la traite des fourrures en Nouvelle-France n'était pas contente de voir les Anglais venir établir un poste de traite au bord de la baie d'Hudson. Ce n'est qu'en 1713, lors de la signature du traité d'Utrecht, que les Français vont finalement accepter que les Anglais et la Compagnie de la Baie d'Hudson puissent faire la traite des fourrures sur le territoire au nord de la Nouvelle-France.

Les Anglais, cependant, ne faisaient pas la traite des fourrures comme les Français la faisaient. Les Français avaient des postes de traite situés le long du fleuve St-Laurent et c’est là que les Améridiens pouvaient aller pour échanger leurs fourrures contre des objets de leur choix. Mais également, il y avait des Français qui étaient devenus des coureurs de bois et qui allaient à la chasse dans les bois comme les Amérindiens. Mais du côté anglais, il n’y avait que des postes de traite. Les Anglais restaient dans leurs postes de traite et attendaient qu’on leur apporte les fourrures. Ce système a bien fonctionné pendant une centaine d’années.

Voici ce que coûtaient certains produits de la Compagnie de la Baie d’Hudson vers 1720:

- 1 arme à feu: 14 peaux de castor

- 1 mètre de tissu: 3 peaux de castor

- 0,5 kg de tabac: 2 peaux de castor

- une bouilloire: 1 1/2 peaux de castor

- 4 couteaux: 1 peau de castor

 

Pour tester tes connaissances de ce texte, essaie ce quiz!

  

Site créé par Pierre Veilleux