Histoire du Canada

Accueil/ Explorateurs/ Amérindiens/ Vivre en N-F/ Evènements/ Coin des profs/ Plan du site

Les coureurs de bois

 

u début des années 1600, c’était surtout les Amérindiens qui chassaient et qui fournissaient les fourrures aux Français. Mais peu à peu, les Français ont commencé à s’adapter au territoire et au climat canadien. Ces personnes ont appris à survivre dans la fotêt, comme le faisaient les Amérindiens. Ils ont appris à utiliser les canots faits d’écorce de bouleau et à faire des portages pour contourner les rapides et les chutes d’eau. Ils se sont mis à utiliser des raquettes pour marcher dans la neige et ils ont utilisé des traîneaux pour transporter leurs choses plus facilement dans la forêt. Ils ont appris les langues que parlaient les Amérindiens. Ces Français étaient des coureurs de bois.

Crédit: Heming, Archives nationales du Canada Source:www.canadianheritage.ca

Le coureur de bois était en général un jeune homme qui était né au Canada ou qui venait de la France. Les hommes plus âgés n’étaient pas coureur de bois car ce travail était très difficile physiquement. La jounée d’un coureur de bois était très longue et difficile. Il commençait tôt le matin et finissait le soir. Pendant sa journée, le coureur de bois, avec l’aide de ses partenaires, pouvait parcourir à bord de son canot jusqu’à 75 km. S’il rencontrait une chute d’eau ou un rapide, il devait s’arrêter pour faire un portage. A ce moment, ces hommes devaient transporter tout leur matériel, et leur canot, sur leurs épaules et marcher à travers la forêt sur des distances pouvant aller jusqu’à 10 km. Et le lendemain, ils recommençaient à nouveau.

Cette vie d’aventure a attiré un bon nombre de jeunes Français vers la forêt. C’était une vie passée dans la nature et pleine de liberté. Ces jeunes hommes ont appris à vivre comme les Amérindiens et d’autres ont vécu avec des Amérindiens. Plusieurs de ces coureurs de bois ont commencé à aller échanger directement avec les Amérindiens, ou avec les Anglais. Cela déplaisaient grandement aux marchands français qui menaient le système de la traite des fourrures. A cette époque, il fallait avoir un permi pour faire la traite des fourrures et plusieurs coureurs de bois n'en avaient pas. Peu à peu, certains coureurs de bois ont été traité comme des hors-la-loi de la part des autorités françaises. Les autorités françaises et les marchands voulaient garder le contrôle de la traite des fourrures. A cause de cela, quelques coureurs de bois n’ont pas pu retourner vivre dans la colonie et se sont donc mariés avec des Amérindiennes.

Pierre Radisson était un coureur de bois bien connu. En 1659, Radisson pensait qu’il serait plus facile d’aller directement à la baie d’Hudson en bateau, plutôt que de passer par les rivières pour remonter jusqu’au nord. Il a parlé de son idée avec les autorités françaises. Celles-ci ont ignoré le plan de Radisson et lui ont même donné une amende pour avoir fait la traite des fourrures sans permi. Radisson était furieux. Il est allé voir les Anglais pour leur parler de son idée et ils ont accepté d’aller explorer cette région. En 1668, Radisson arrive dans la baie d’Hudson et ramène en Angleterre beaucoup de fourrures. Deux ans plus tard, les marchands anglais ont formé la Compagnie de la Baie d’Hudson.

 

Pour tester tes connaissances de ce texte, essaie ce quiz!

  

Site créé par Pierre Veilleux